Accueil Slider (MAJ) Test de l’aspirateur robot SAMSUNG Navibot SR8895 Silencio

(MAJ) Test de l’aspirateur robot SAMSUNG Navibot SR8895 Silencio

Par Dixours

J’ai pu me procurer le nouvel aspirateur robot SAMSUNG Navibot SR8895 Silencio, disponible en France depuis quelques jours en exclusivité pour le moment dans une grande enseigne de distribution.
Son prix est aujourd’hui de 600 Euros. Ce tarif est-il justifié ? Que vaut ce concentré de technologie ? Quelles sont ses possibilités ? Quelle est sa consommation ? Autant de questions qui trouveront réponses en lisant le test complet ci-dessous, unique en France à l’heure où j’écris ces lignes !

Information préalable :

Cet article n’est pas sponsorisé et WinMacSofts n’a, à ce jour, aucun partenariat avec Samsung, garantissant ainsi l’objectivité des informations délivrées dans ce test.

Présentation :

Le SAMSUNG SR8895 est un aspirateur autonome circulaire, de diamètre 36 cm et de hauteur 9,5 cm. Sa masse à vide est de 4 kg. Son réservoir a une capacité de 0,6 Litres, il dispose d’une autonomie de 90 min (soit 120~150 m2) après 2H de charge. Il dispose de 8 modes de fonctionnement, détaillés plus bas, de détecteurs de proximité (d’obstacles et de vide) et de contact.

Il est équipé d’un filtre HEPA H11, de 2 brosses latérales rotatives et d’une lingette microfibre pouvant être fixée, au besoin, sous son ventre (1 lingette en supplément livrée dans la boîte).

Parmi les autres accessoires fournis, je citerais la base de chargement, 2 murs virtuels, la télécommande et un petit kit de nettoyage.

La garantie constructeur est de 1 an (6 mois pour la batterie).

Le bruit généré en fonctionnement est de l’ordre de 60 dB.

Fonctionnement :

Le Samsung Navibot SR8895 Silencio est équipé d’une caméra sur son dos, ce qui lui permet de cartographier (technologie Visionary Mapping) le domicile en s’aidant du plafond. Ainsi, contrairement à ses concurrents, le Navibot ne se déplace pas aléatoirement : il sait où il est, d’où il vient, où il va, et les espaces non encore nettoyés. Son travail est ainsi optimisé puisqu’il ne repasse pas à un endroit déjà nettoyé et propre.

Il est capable de regagner sa base, seul, pour se recharger, en empruntant le chemin le plus rapide et repart là où il avait abandonné son travail.

En plus d’aspirer, 2 brosses rotatives captent saletés et poussières. Une lingette microfibre peut aussi être fixée sous son ventre pour améliorer encore le résultat.

Il est équipé de détecteurs de proximité qui lui permettent d’anticiper les obstacles et de ne pas les percuter violemment. Auxquels s’ajoutent des détecteurs de contact derrière ses pare-chocs qui lui permettent de modifier son trajet si un obstacle non detecté venait à gêner sa progression.

Lorsque le réservoir est plein, il suffit d’ouvrir le clapet et de le vider.

Enfin, il est capable de monter sur des surfaces jusqu’à 1,5 cm de hauteur (rebords, tapis…)

A l’usage :

La télecommande (très bien finie), tout comme les boutons sensitifs sur le dos de l’appareil, permet d’accéder aux 8 modes de nettoyage :

  • Auto : Nettoyage automatique (le Navibot rentre à la base quand le travail est fini)
  • Max : Nettoyage jusqu’à épuisement de la batterie (le Navibot continue même si le travail est fini)
  • Spot : Nettoyage en profondeur d’une zone localisée
  • Turbo : permet de nettoyer plus rapidement et énergiquement une surface
  • Manuel : Nettoyage en mode manuel (guidage par la télécommande)
  • Edge : Nettoyage au plus près des murs et bordures
  • Départ différé / Programmation quotidienne : Programmer l’heure de mise en route pour tous les jours de la semaine

Le mode Auto lance le nettoyage automatique du domicile. Le Navibot se charge de tout, c’est le mode le plus simple d’utilisation et le plus pratique avec le mode programmation.

Dans la vidéo qui suit, son fonctionnement est détaillé. Le travail est bien fait, l’ensemble fonctionne parfaitement, aucune saleté n’a été oubliée.

Seul petit défaut constaté : les obstacles à 10 cm du sol ne sont pas détectés (un dessous de canapé par exemple) et le Navibot a tendance à vouloir se glisser dessous. Ce n’est qu’au contact de ses parechocs que le Navibot SR8895 changera alors de direction.

Les rebords de 1,5 cm de haut ne lui font pas peur (tapis) et il grimpe sans sourciller. Jusqu’à présent, jamais le Samsung Navibot SR8895 ne s’est retrouvé bloqué. Les fils, câbles et autres rallonges au sol ne gêneront pas sa progression.

On remarque qu’il ne souffre pas du défaut de son ancêtre : les bordures, le long des murs et des meubles, sont très bien faites et tous les coins sont nettoyés dès lors que l’appareil peut s’y faufiler.

Une très forte luminosité (pas plus qu’une pénombre complète ou un dessous de lit) ne perturbe ses capteurs, y compris si elle se réfléchit sur du carrelage blanc. En revanche, elle ne l’aide pas non plus à détecter les obstacles à quelques centimètres du sol comme on peut le voir sur cette vidéo :

Enfin, le mode Manuel, avec guidage via la télécommande, fonctionne parfaitement et est utilisable. Cependant, l’émetteur manque un peu de précision et il faut essayer de viser l’appareil pour éviter une coupure de réception :

Les murs virtuels :

Deux modules sont founis, ils sont bien finis et élégants. Ils sont pratiques à utiliser avec les fonctions accessibles sur le dessus. Ils sont alimentés chacun par 2 grosses piles rondes de type LR20 (non fournies)

Test et vidéo à venir

Les performances (modes Spot et Manuel) :

La vidéo qui suit tente de montrer les performances du Navibot SR8895 en mode Spot puis en mode Manuel. En mode Spot, le Navibot délimite un périmètre très localisé et le résultat est acceptable sur sol très sale. En mode manuel par contre, toujours sur sol sale, le résultat n’est pas à la hauteur et il faut passer 3 ou 4 fois pour que le sol soit vraiment propre. De plus, dans ce mode, la télécommande est capricieuse et il faut véritablement viser le robot pour qu’il réponde. Ce mode conviendra donc uniquement à un usage très occasionnel ou spécifique.

Les saletés sont composées de bouloches (équivalentes à des poils d’animaux), de débris végétaux, de graines de tournesol et d’un tas de poussières. Si les saletés sont ramassées sans problème, la poussière a tendance a être étalée avant d’être aspirée.

Les bordures :

Dans cette vidéo, le Navibot SR8895 a d’abord été placé en mode Edge. Autant le dire tout de suite : je ne vois pas l’intérêt de ce mode. Certes le SR8895 va jusqu’aux bordures, mais il le fait déjà en mode Auto… De plus ses déplacements ne sont pas optimisés dans ce mode…
Le Sr8895 Silencio a ensuite été placé en mode Auto. Complètement perdu car loin de sa base et transporté, éteint, jusqu’ici, on observe qu’il va quand même jusqu’au contact des bordures. Cependant, perdu, il n’est pas très efficace et il faudra attendre qu’il cartographie le lieu pour retrouver un comportement logique et efficace.
Après avoir cartographié le lieu, le mode Auto est le plus efficace : les bordures sont faites et ses déplacements sont optimisés. Le mode Edge n’a d’intérêt que si on transporte le Navibot dans une pièce inconnue pour qu’il y fasse les bordures.

La consommation :

Les données fournies sont issues de test réalisés avec le Belkin Conserve Insight :

La base à vide consomme 1,7 Watts en permanence.
La base en charge consomme 17 Watts.

Pour rappel, le temps de chargement est d’environ 2 H (pour 1H30 d’autonomie)

Le réservoir :

Le réservoir est très facile à vider et sa capacité est très suffisante. On pourra aspirer les saletés avec un aspirateur classique, ou le vider dans une poubelle, le tout en quelques secondes.

Divers :

Que se passe-t-il lorsque le SR8895 est perdu, par exemple car on l’a emmené, éteint, loin de sa base ? Et bien il perd toute sa logique !
De plus, il a grande peine à retrouver sa base (pour se recharger par exemple) quand celle-ci est très éloignée, dans une autre pièce.
Dans cette vidéo, je voulais filmer son comportement près des bordures, qu’il fait habituellement très bien. Je l’ai emmené, éteint, de sa base au couloir. Là, perdu, il s’est montré totalement inefficace comme vous le constaterez sur la vidéo. Ce n’est qu’une fois le mapping de nouveau effectué qu’il retrouvera un comportement normal…

Nettoyage :

Quand le comportement du Navibot devient hésitant voire illogique, c’est que ses capteurs sont encrassés. Il suffit de passer un petit coup de chiffon doux sur chacune de ses vitres (5 en tout) cachant les capteurs. Immédiatement le SR8895 retrouve un comportement normal.

Conclusion :

Le Samsung Navibot SR8895 Silencio n’est pas donné et son prix est même nettement au dessus de ses concurrents directs. Son argument est sa technologie de mapping qui lui permet de se repérer et donc d’optimiser ses déplacements sans repasser au même endroit et sans oublier des coins. Est-ce un argument suffisant ? Oui et non :

Oui car si on habite un domicile avec une grande surface au sol et plusieurs pièces, cette technologie me parait presque incontournable pour un travail bien fait, en un temps raisonnable, là où les concurrents vont oublier des espaces après être passés 5 fois sur d’autres. Il n’y a pas besoin de placer des murs virtuels partout pour forcer le Navibot à aller à tel endroit, il s’y rendra de lui-même.

En revanche, non, si on habite un domicile avec peu de pièces et de surface au sol. Dans ce cas, les déplacements aléatoires des concurrents me semblent suffisants, l’utilisation d’un mur virtuel pour une, voire deux pièces, n’est pas si contraignante et l’économie réalisée à l’achat est conséquente.

Pour ce qui est du résultat, le Navibot SR8895 excelle en corrigeant les défauts de ses ancêtres, en améliorant encore sa vitesse d’éxécution et en diminuant la nuisance sonore. Le travail est bien fait, y compris sur les bords des murs et des meubles, et il est vraiment autonome (il ne reste pas coincé, il grimpe les rebords, la lumière ne l’effraie pas, il retrouve sa base pour se recharger, il est programmable pour effectuer son travail à l’heure et au jour donné…)

Si vous avez les moyens de vous offrir ce produit technologique, que l’on peut qualifier de luxueux étant donné son prix, alors vous ne serez pas déçus et pourrez profiter du temps gagné (pour lézarder devant la télé, son bruit en fonctionnement étant tolérable)

Alors, êtes-vous prêt à vous offrir ce bijou, ou cela vous a -t-il donné envie de vous intéresser aux aspirateurs robots en général ?

Ajouts :
Un utilisateur vous propose un petit comparatif entre le Roomba 555 et le Navibot. C’est à lire dans son commentaire ici :
https://www.winmacsofts.com/2011/05/test-aspirateur-robot-samsung-navibot-sr8895-silencio/comment-page-1/#comment-8028

Merci Nono !

Un autre utilisateur nous explique sa satisfaction face aux poils de chat et son tapis (même si dans ce cas précis, il lui faut nettoyer la brosse), c’est à lire dans son commentaire ici :
https://www.winmacsofts.com/2011/05/test-aspirateur-robot-samsung-navibot-sr8895-silencio/comment-page-1/#comment-8048
Merci ilan !

0 / 5 Moyenne 0 Votes 0

Your page rank:


57 commentaires
0

Vous aimerez aussi

57 commentaires

Dixours 7 juin 2011 - 10 h 46 min

Salut à tous !
Je suis en train de réaliser des vidéos pour répondre aux interrogations de chacun :
– Test du SR8895 dans le noir complet
– Test du SR8895 autour des pieds de tables et chaises
– Test du SR8895 en mode Auto le long des plinthes quand il n’est pas perdu (mode Auto)
– Test du SR8895 en mode Turbo
– Test complet des murs virtuels (j’ai acheté les piles !! 🙂 )

@Cyril : Oui, j’ai vu ça ! Il a l’air super interessant ! Mais je n’ai vu encore aucun test, il va falloir être patient le temps qu’il arrive en France (en espérant qu’il nous parvienne !)
Si Samsung nous lit, peut-être qu’il nous filerait un exemplaire de test, pourquoi pas ?!!

Répondre
phoenix 8 juin 2011 - 11 h 43 min

Bonjour,
Je tiens à remercier Dixours pour ce test très bien exécuté.
J’ai un naviboot 8855 nouvelle génération (bornes vert rouge et off) acheté sur ebay a un marchand allemand qui l’avais utilisé en démo a 275€ envoi compris (Belgique) en fait il n’a été déballé que pour mettre en rayon, le pied, je bénéficie des 2 ans de garantie, mais je doute de l’efficacité, vu le changement de pays, bref.
J’ai un appartement/loft de 135m², des espaces assé ouverts, je l’ai depuis 2 semaines et j’en suis pleinement satisfait, je le laisse en mode prog journalière, le soir en rentrant je vide le bac et nettoie l’engin convenablement (ça me prend 5 min) et le remet dans ça base.
Jusqu’a présent il fait tout convenablement, les bords, le dessous des meubles a 9.7 et 10cm ne lui font pas peur. je ne sais pas comment il fait pour trouver toujours autant de poussières… au sol j’ai du stratifié partout sauf le carrelage de la cuisine, pour le moment il ne vas pas dans la sdb (elle n’est pas finie ^^) je confirme que son comportement s’améliore grandement s’il part de sa base et que l’environnement de change pas (des meubles en plus, etc…) ceci dit, une fois ça cartographie remise a jour il se re-débrouille, c’est l’histoire d’un ou 2 nettoyages. J’ai été surpris par son acharnement à nettoyer même les endroits les plus difficile à faire, exemple dans la salle de musculation, s’il sait passer, il nettoiera, même dans un labyrinthe d’altères !, il nettoie aussi les tapis, les mousses qui protègent le sol de la salle de muscu, le paillasson de l’entrée et le tapis bambou de la salle a manger.
Je reçois mon salon ce soir, je verrai son comportement vis-à-vis de ce corps étranger nouveau dans son environnement.
J’utilise la balise mur virtuel (1seule sur les 2 fournies) pour l’empêcher de monter sur un cache câble (presque 2cm) au sol, près d’une fenêtre, car bien qu’il y monte, il n’a pas assé d’espace du coté de la fenêtre pour redescendre, donc il ne sais pas se repositionner correctement pour continuer, il fini par bloquer (en plus j’ai des stores a lamelles qui descendent jusqu’au sol, et il risquerait de les salir /abimer si je le laisse faire, le mur marche tres bien, tout les soirs je le retrouve dans ça base chargé et prêt à combattre saleté et autres peluches ^^.
La télécommande fonctionne bien, juste un bémol pour le mode d’emploi (en allemand fourni) mais en franglais sur internet, sur le site de samsung le mode d’emploi est à moitié traduit en français.
Pour le bruit (je suis tres sensible) je m’attendais à bien pire (ayant un Dyson, j’ai du m’habituer à faire le lien aspirateur = bruit XD) ceci dit je ne saurais pas dormir s’il fait le ménage dans les autres pièces.
J’espère qu’il tiendra tres longtemps et que je n’aurai pas à affronter le sav de samsung, qui selon les dires, est terriblement inefficace.
Personnellement à moins que le modèle silencio ne descende a 250 / 300€ dans 2 ou 3 ans je ne l’achèterai pas, je vais essayer de mettre une lingette électrostatique au miens, voir ci ça marche ^^.
Je vous tiens au courent s’ il se met a déconner / longévité de la batterie, etc…(en fait j’espère ne pas vous donner de nouvelles :p)

Répondre
Dixours 8 juin 2011 - 17 h 57 min

Merci beaucoup pour ce retour très complet !
Je vais te citer en fin de test car beaucoup hésitent justement entre l’ancienne génération et la nouvelle (bien plus cher)
Surtout n’hésite pas à revenir si tu vois de nouvelles choses à ajouter !
Merci encore à toi 😀

Répondre
Dixours 8 juin 2011 - 17 h 59 min

Je viens de terminer une série de vidéos où l’on voit le comportement du SR8895 le long des plinthes en mode Auto, en étant parti de sa base (donc il n’est pas perdu contrairement à la vidéo actuelle du test)

J’essaie de mettre tout ça en ligne très rapidement ! 🙂

Répondre
Francky 8 juin 2011 - 22 h 30 min

Ça c’est du test très complet dixours et bien suivi en plus 😉 encore bravo !

Répondre
piokrza 19 juillet 2011 - 10 h 55 min

Hello,

i’m curious about the new “turbo” mode – how it exactly work? is it only faster turbo brush spinning or side brush and vacuum fan too?

thanks,
Peter

Répondre
1 2

Laisser un commentaire