Accueil Généralités Géolocalisation des ambulances : la Loire-Atlantique joue les pionnières

Géolocalisation des ambulances : la Loire-Atlantique joue les pionnières

Par francky

Savoir avec certitude qu’une ambulance sera sur le lieu d’intervention en 7, 10 ou 13 minutes, connaître le nombre de véhicules disponibles sur tout le département de la Loire-Atlantique, et même réussir à anticiper les demandes dans un secteur imprévisible, les urgences… Des défis que les ambulanciers de Loire-Atlantique tentent de relever au quotidien en étant les premiers en France à avoir professionnalisé le système de prise en charge des patients. Ils ont choisi la géolocalisation, pour plus de fiabilité et surtout pour diminuer les délais d’intervention. Détails d’une grande première en France…

 Les bonnes idées ressemblent bien souvent à des évidences. Géolocaliser les véhicules d’ambulance d’urgence, permettre au Samu de connaître la position de chaque ambulance du département à un instant T, et donc gagner un temps précieux pour la prise en charge du patient : une évidence dans les faits, mais une avancée technologique complexe à mettre en place dans la réalité.

Dans le département de la Loire-Atlantique, toutes les 20 minutes, une ambulance intervient pour assurer un transport d’urgence. Sur l’année 2011, plus de 25 000 interventions ont été confiées par le Samu aux ambulanciers ligériens. Une spécificité des ambulanciers de Loire-Atlantique qui confère aujourd’hui au département de l’Ouest un statut particulier dans le monde des urgences.

Particulièrement décidées à conserver leurs compétences pour le transport sanitaire d’urgence, les quelques 62 sociétés d’ambulances de Loire-Atlantique ont donc créé l’an dernier un système particulièrement innovant, centré sur la géolocalisation de plus de 110 de leurs véhicules.

 

Une première nationale

Depuis quelques mois maintenant, les ambulanciers de Loire-Atlantique offrent au Samu de Nantes, un service fiable, rapide et surtout totalement précurseur en France.

  • Grâce à l’installation de boîtiers de géolocalisation sur 110 véhicules (tous dits de « grands volumes »), le logiciel permet de retranscrire leur positionnement exact sur une carte du département, mise à jour toutes les minutes. Elle affiche en permanence les ambulances disponibles et celles déjà en charge, permettant ainsi de réaliser une « veille » des moyens.
  • Le déclenchement des ambulances se fait en « temps réel », puisque le logiciel de géolocalisation sait automatiquement où se situe l’ambulance la plus proche de l’intervention.
  • La répartition des interventions est plus juste. Désormais, le seul facteur qui intervient dans le choix de l’ambulance est sa proximité du lieu d’intervention. Une égalité de traitement qui permet d’équilibrer la répartition entre la ville et la campagne, les petites et les plus grosses entreprises d’ambulance, etc.
  • L’anticipation des demandes d’urgence : grâce au financement d’un poste d’un nouveau genre, appelé « coordonnateur », le CSA 44 dispose d’un collaborateur présent au sein même du centre de régulation du Samu. Son rôle est de coordonner les demandes d’ambulances pour des transports d’urgence, de les déclencher puis de s’assurer par téléphone de la bonne compréhension de l’intervention, voire même d’anticiper les demandes en gardant toujours un œil sur la carte interactive pour prévenir les ambulanciers d’une éventuelle carence dans un secteur géographique.

 Une qualité de travail… qui influe sur les chiffres

Si cette avancée technologique majeure ne peut raisonnablement se mesurer en termes de vies sauvées, elle est tout de même quantifiable à différents niveaux :

  • Le gain de temps est spectaculaire. Il est de l’ordre de plusieurs minutes par intervention, puisque désormais, l’ambulancier que le logiciel sélectionne est forcément le plus proche du lieu de l’urgence.
  •  Le déclenchement des ambulances en temps réel a permis de réduire le taux d’erreur de 70 % : il suffit dans 95 % des cas d’un seul appel du coordonnateur pour déclencher une ambulance, contre 2 ou 3 auparavant.
  •  Le coût de l’installation, 50 000 €, comprend la création du logiciel et l’aménagement des véhicules. Pour garder une autonomie de décision, le CSA 44 a entièrement financé cet investissement en fonds propres.

En 2011, le CSA 44 représente…

  • 62 entreprises de transport ambulancier en Loire-Atlantique, soit plus de 96% des professionnels du département.
  • 257 véhicules d’ambulances, dont 110 équipés du boîtier de géolocalisation (uniquement des gros volumes avec au minimum un DSA – défibrillateur semi-automatique)
  • Environ 2000 emplois en Loire-Atlantique
  • 24 000 interventions sur l’ensemble de l’année 2010
  • Un rythme aussi soutenu en 2011, soit une intervention toutes les 20 minutes

www.csa-44.fr

0 / 5 Moyenne 0 Votes 0

Your page rank:


Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire